les cousines grises

La Fayoumi

 

Fayoumi
Profil de race: Poulet Fayoumi égyptien Poulets robustes qui pondent des œufs blancs

Race: Poulet égyptien Fayoumi, également connu localement sous le nom de Ramadi ou Biggawi.

Origine: gouvernorat du Faïoum d'Egypte, au sud-ouest du Caire, à l'ouest du Nil.

Histoire: Les poulets égyptiens Fayoumi seraient une ancienne race de Faiyum, où ils auraient pu être introduits au début des années 1800 pendant l'occupation napoléonienne, descendants de la Silver Campine. Une autre théorie est qu'ils ont été introduits à partir d'un village appelé Biga, en Turquie, à cette époque. Les programmes établis dans les années 40 et 50 ont préservé, amélioré et distribué la race aux agriculteurs locaux.

L'Iowa State University (ISU) a importé des œufs fertiles dans les années 40 dans le cadre d'un programme de génétique avicole pour étudier la résistance aux maladies. Les nouveau-nés ont été croisés avec des races américaines. Les descendants ont été jugés trop volages pour être utiles, mais ont été conservés à la ferme de recherche de l'ISU pour l'analyse des gènes qui contrôlent les maladies des volailles.

Dans les années 1990, des gènes utiles ont été identifiés et isolés, et depuis leur intérêt a grandi pour leur utilisation en tant que couches

Les poulets Fayoumi égyptiens sont des oiseaux coriaces et économe avec une résistance aux maladies et une tolérance à la chaleur remarquables. Ce sont des couches très fertiles et bonnes.

Les poulets égyptiens Fayoumi ont été importés d'Égypte au Royaume-Uni en 1984, où ils sont reconnus par le Poultry Club comme un poulet de race rare (plume molle rare: légère).

Le poulet égyptien Fayoumi a été introduit dans d'autres pays d'Afrique et du Moyen-Orient, où la race a été étudiée et développée comme oiseau de production. Il s’agit de l’une des variétés testées et développées dans le cadre du programme de l’Institut international de recherche sur le bétail visant à améliorer l’accès des petits exploitants africains à faible revenu à des oiseaux productifs et bien adaptés, l’African Chicken Genetic Gains Project (2015-2019).

Description: Corps léger avec un long cou et une queue presque verticale. La tête et le cou sont principalement blanc argenté, avec des lobes d'oreille blancs ou rouges et des yeux bruns, tandis que le corps est crayonné avec une barre noire avec un reflet vert scarabée. Le coq égyptien Fayoumi a des plumes blanc argenté sur la selle, des hackles, du dos et des ailes et des plumes noires lustrées vert scarabée dans la queue. Le corps, les ailes et la queue de la femelle sont crayonnés. Le bec et les griffes sont de couleur corne. Le peigne et les caroncules sont rouges. Les poussins égyptiens Fayoumi sont initialement à tête 

brune avec des corps mouchetés de gris, ne développant que les couleurs caractéristiques lorsqu'ils s'envolent.

Coq égyptien Fayoumi Variétés: Normalement au crayon argent, comme décrit ci-dessus. L'or au crayon est de même motif, mais avec une base dorée plutôt que blanc argenté.

Couleur de la peau: blanche, avec des pattes bleu-gris foncé et de la viande brune.

Peigne: Simple avec dentelures égales.

Utilisation populaire: La principale utilisation en Égypte est pour la viande, tandis qu'en Asie, ils sont croisés avec des poulets Rhode Island Red pour la production d'œufs et de viande. En Europe et en Amérique, ils sont conservés pour les œufs, et ils ont été largement étudiés aux États-Unis, en Afrique et en Asie pour leur résistance aux maladies.
Couleur des œufs: blanc cassé ou teinté.
Taille de l'oeuf: Petit avec une forte teneur en jaune, un cholestérol inférieur à la moyenne, une coquille épaisse.
Productivité: 150–205 œufs par an et fertilité élevée (plus de 95%). Les poussins égyptiens Fayoumi ont un taux d'éclosion élevé et mûrissent rapidement: poules pondant 4,5 mois; coqs chantant à six semaines. Ils ont des besoins en protéines inférieurs à ceux des autres poulets.
Poids: poule moyenne 3,5 lb (1,6 kg); coq 4,5 lb (2,0 kg). Poule Bantam 14 oz. (400 g); coq 15 oz. (430 g).

Tempérament: actif et vif, mais voltigeant, rapide et hurlant s'il est capturé, bien que certains individus aient été apprivoisés au début par une manipulation douce. Ce sont de grands pilotes et des artistes d'évasion renommés. Si vous ramenez de nouveaux oiseaux à la maison, l'éleveur Ian Eastwood recommande de les enfermer jusqu'à ce qu'ils soient habitués à leur nouvel environnement ou qu'ils s'envoleront ou s'envoleront probablement. Cependant, à long terme, ils n'aiment pas le confinement et s'en sortent mieux s'ils sont autorisés à se déplacer librement. Les oiseaux confinés sont sujets à la cueillette des plumes. Les coqs égyptiens Fayoumi tolèrent assez bien les autres mâles. Les femelles ne se couvent pas facilement avant l'âge de deux à trois ans.

Adaptabilité: En tant que charognards économes qui se nourrissent bien, ils ont besoin de peu d'alimentation supplémentaire ou de soins de santé et sont capables de se débrouiller seuls lorsqu'ils sont gardés en liberté. Ils résistent bien par temps chaud, étant parfaitement adaptés aux climats tropicaux et subtropicaux. Ils s'adaptent facilement à différents climats, tels que ceux de l'Irak, du Pakistan, de l'Inde, du Vietnam, des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Leur robustesse et leur résilience sont légendaires, étant résistantes aux maladies bactériennes et virales du poulet telles que la spirocétose, la salmonelle, la maladie de Marek, la maladie de Newcastle virulente et la leucose.

TEXTE de:Tamsin Cooper,publié par Backyard Poultry édition de décembre 2019/janvier 2020

Brackel, Hergnies, Campine

Les cousines grises

Standard de la race d'Hergnies dite de Braekel française
présenté à la Société des Aviculteurs du Nord, le 10 août 1896
par M. Jules LAMY, conseiller.

Messieurs,
En présence de la détermination qui a été prise il y a quelques mois par la Société d'Aviculture de Belgique, de faire de la poule de Braekel une volaille de très fort volume, répondant peut-être mieux aux besoins de ce pays à population très dense, telle qu'on la veut plutôt que telle qu'elle est, il m'a semblé que nous n'avions pas , pour transformer la race de Braekel , les mêmes raisons que nos voisins ; j'ai cru au contraire et vous avez pensé avec moi , quand j'ai soulevé la question à une de nos dernières séances, que nous avions d'excellentes raisons pour maintenir dans notre région du Nord de la France, la race de Braekel avec ses anciens caractères , telle enfin qu'elle s'y perpétue pour le plus grand bien de nos cultivateurs, depuis un temps immémorial.
C'est qu'en effet, notre braekel française a toutes les qualités requises pour être ici, la meilleure des poules de ferme : ponte très abondante et gros oeufs, ponte très précoce des poulettes, qui donnent parfois des oeufs à l'âge de trois mois et demi ; précocité extraordinaire des coquelets, qui peuvent être mangés comme poulets de grain à deux mois, qualité de chair qui ne saurait être surpassée.
Nous ne devons pas perdre de vue que l'aviculture, chez nous, n'est pas une industrie, que nous n'avons pas d'engraisseurs allant acheter dans les fermes, à beaux deniers, de forts poulets destinés à être engraissés puis vendus à des prix élevés.
Nos fermiers n'élèvent pas de volailles pour les vendre; ils élèvent pour entretenir leur basse-cour et la peupler de bonnes pondeuses, consommant peu, donnant beaucoup de beaux oeufs et, par surcroît, leur donnant des poulets très précoces dont ils peuvent se défaire le plus tôt possible et ayant bonne chair.
Nos fermiers n'ont donc aucun intérêt à élever de très fortes volailles d'un entretien plus coûteux, ne pondant pas plus , pondant moins tôt et donnant des coquelets qui doivent atteindre l'âge de quatre à cinq mols, sinon plus, pour être présentables.
Or, j'estime et vous pensez avec moi, que le très gros volume d'une race n'est pas compatible avec la très grande précocité comme chair et comme ponte.
Nous sommes donc dans la nécessité de nous séparer ici de nos excellents voisins les Belges, qui ont parfaitement le droit de décider et faire ce qui leur semble être le mieux à leur point de vue spécial, comme nous avons le droit et le devoir de faire ce que nous pensons être utile pour la région du Nord de la France, que nous habitons, et dont nous connaissons les besoins mieux que quiconque.Or, avons-nous le droit de fixer les points de la race que nous appellerons Braekel française ou d ' Hergnies et de demander que telle que nous la décrivons, elle soit considérée comme une race française et ait sa place dans les expositions françaises ?
. La réponse n'est point douteuse, La race de Braekel, l'ancienne est depuis des siècles , fixée dans le Nord de la France et y jouit d'une réputation sans égale comme pondeuse et productrice de poulets de grains exquis.
Quelle est d'ailleurs l'origine de la race de Braekel , de celle qu'on rencontre dans le Nord de la France et le Tournaisis ? est-elle française, est-elle belge?
Bien fin qui le dira , bien érudit et bien osé aussi, car si la petite race de Campine belge existe en Belgique, d'autre part , la race de la bresse grise existe dans sa province depuis toujours et y est réputée entre toutes; or, la bresse grise, l'ancienne , a tous les caractères d'une braekel française trop blanche, ou bien encore la braekel française a l'aspect d'une forte bresse grise trop foncée.
Les soldats bourguignons de Charles le Téméraire ont-ils exporté dans la Flandre française leur excellente race de la Bresse qui aura pu s'y croiser avec la Campine belge à crête simple, et y acquérir par suite un plumage plus foncé, ou bien, ces mêmes soldats ont-ils importé en Bresse la race de Campine à crête simple, qui y serait devenue plus pâle ?
Personne ne le sait. La première hypothèse parait pourtant -être la plus vraisemblable.
Quoi qu'il en puisse être, il reste un fait acquis et indiscutable, c'est que nous avons en France, à l'état non sélectionné, se reproduisant invariablement avec la plus grande fixité, une excellente race de volailles , et qu'il nous appartient d'en fixer les caractères les plus saillants sans que personne puisse y trouver à reprendre ; ces caractères seront ceux que on rencontre partout, les caractères propres de la race , et non des caractères voulus et arbitraires, fixés plus ou moins capricieusement.

 

  Description actuelle: Braekel

C'est une des volailles belges les plus anciennes puisque l'on signale son existence avec quasi-certitude vers 1400. A la fin du XIXe siècle, deux types étaient admis : le grand et le petit. Après de nombreuses polémiques entre les éleveurs, le grand format garda la dénomination Braekel et le petit fut appelé Campine.
Volaille de hauteur à peine moyenne, assez forte. Apparence de la poule sauvage. Silhouette rectangulaire, assez allongée ; poitrine large, profonde ; abdomen bien développé. Dos large et plat, descendant légèrement vers l'arrière. Volaille précoce, vive, active, volant avec facilité, aimant les grands espaces.
Masse du coq : 2 à 2,7 kg ; de la poule : 1,7 à 2,5 kg.
Oeufs à couver : minimum 55 g ; coquille blanche.
×