les incubations artificielles

 Extrait de Rustica du 15 janvier 1939 par A.Bellême

  Les causes d'insuccès :

  Il faut choisir des oeufs de taille et forme normales, ne pas employer des oeufs à coquilles trop mince, à coquille ridée ou bosselée.

  Les races légères comme la Leghorn ou la Bresse pondent généralement des oeufs à coquille mince ce qui facilite le mirage et l'éclosion, car les poussins ont moins de peine à sortir de leur prison.

  La fécondation et plus encore la vigueur des embryons jouent naturellement  un rôle considérable sur le rendement des incubations. La non fécodation ou la mauvaise fécondation des oeufs à couver ne provient pas toujours des géniteurs. Elle est souvent au contraire le résultat d'une alimentation insuffisamment riche en vitamines surtout chez les sujets élevés en captivité.

  Dans une couveuse de bonne marque dont le réglage  a été bien fait,  la mortalité en coquille n'a souvent pas d'autres raisons qu'une carence alimentaire  des reproducteurs.

  Il faut faire deux mirages: le premier entre le cinquième et le huitième jours, le second le quinzième jour. Au cinquième jour , la chambre à air située près du gros bout est peu développée, à peine un dizième de la grandeur de l'oeuf. Si l'oeuf est fécondé on remarque une sorte d'araignée rouge. Quand l'oeuf est rigoureusement clair il est absolument transparent, mais il y a quelquefois de faux germes et l'on remarque alors un point rouge qui flotte sans aucune ramification ou un simple trait rouge. Au second mirage le quinzième jour la chambre à air occupe environ le tiers du volume de l'oeuf et si le développement de l'embryon s'est fait normalement l'oeuf est complètement opaque;  quand le germe est mort au cours d'incubation on remarque alors une partie opaque et partie translucide plus ou moins brouillée.

 C'est à la fin de l'incubation que l'aération doit  être accélérée car la respiration allantoïdienne s'accélère et les embryons dégagent davantage d'acide carbonique. Au contraire une ventilation trop forte les premiers jours peut avoir pour résultat des déformations de l'embryon notamment des pattes torses.

  L'humidité a pour but de compenser l'évaporation résultant de l'incubation, elle a ensuite pour but de rendre la coquille plus friable les derniers jours.

  Quand l'humidité et la chaleur ont été bien rélées la chambre à air occupe  environ un tiers de l'oeuf le dix-huitième jour. Une chambre à air trop grande indiquera une insuffisance d'humidité: le poussin s'il éclôt sera petit et ratatiné. Une chambre à air trop petite indiquera au contraire un excès d'humidité: le poussin trop gros n'aura pas la place pour se retourner dans la coquille au moment de l'éclosion et aura toutes les chances de périr étouffé.

  Il faut laisser l'éclosion se faire seule surtout lorsque l'on ne possède pas l'expérience pour aider le poussin à sortir de sa prison, neuf fois sur dix ont fait saigner le poussin qui est alors condamné.