les couvées naturelles

 Extrait  d'un article vu dans Rustica du 21 janvier 1940 par A. Bellême.

  Les couvées naturelles devraient toujours réussir à 95%, à moins que l'on emploie de mauvais oeufs, mais ce n'est malheureusement pas toujours le cas et cela tout simplement parce que les éleveurs n'observent pas certaines prescriptions qui ont une grande importance.

 Tout d'abord il y a couveuse et couveuse. Une poule trop vive, de caractère trop sauvage, sera presque toujours une mauvaise couveuse, elle aura tendance à quitter trop souvent et trop longtemgs son nid ce qui peut être fatal pour la couvée dans les derniers jours d'incubation. Une bonne couveuse doit être aussi volumineuse que possible avec un plumage abondant, elle doit être douce et tranquille et préférer son devoir, qui est de couver , à la gourmandise.

 Il ne faut pas mettre sous une poule plus d'oeufs qu'elle ne peut raisonnablement en abriter, une douzaine d'oeufs de grosseur normale semble être un maximum même pour les couveuses de grosse espèce, enfin il faut autant que possible que les oeufs soient de même âge ou tout au moins n'aient pas plus d'une semaine.

 L'installation du nid a une grande importance. Les nids surélevés établis dans des casiers au dessus du sol ne valent généralement rien, surtout par temps sec. La meilleure façon d'établir un bon nid est de prendre un simple cadre en bois ou par exemple une caisse de 50 cm de côté dont on aura enlevé le fond et le dessus. Ce cadre est posé sur le sol et dans le fond on tasse quelques poignées de foin ceci de préférence à la paille qui est  plus dure; on creuse légèrement le milieu du nid de façon que les oeufs aient toujours tendance à rester au centre.

 Ce n'est que lorsque la poule manifeste très nettement son envie de couver qu'il faut lui donner des oeufs. Si au début l'on a quelques doute sur ses intentions il vaut mieux lui donner quelques oeufs qui seront sacrifiés ou un ou deux oeufs en plâtre. le meilleur moment pour transporter la poule du nid qu'elle a choisi et qui n'est pas toujours le bon, sur celui qu'on lui a préparé est la tombée de la nuit En fin une bonne précaution cosiste à désinsectiser au préalable  les poules couveuses en leur insufflant sous les plumes du ventre  du cou est du dessous des ailes de la poudre de pyrèthre, cette opération peut être répétée pendant la couvaison, elle évite aux couveuses les multiples piqures et démangeaisons provoquées par les parasites.