Beauté

  La saison des fêtes et l'élection de Miss France me permet de faire un parallèle avec la présentation d'animaux dans les divers concours et plus particulièrement le championnat et la coupe de France du Bresse-Gauloise club de France.

            En effet , certaines similitudes existent.

   Que ce soit des volailles ou des jeunes filles , toutes ne sont pas aptes à se présenter avec de réelles chances de succès. Certains éleveurs de Bresse-Gauloise et Gauloise élèvent de très jolies volailles mais ne désirent pas participer aux concours suprêmes; soit afin de ne pas perturber ou abimer leurs protégés, ou tout simplement en ayant pas l'âme sportive.

 C'est un point tout à fait louable que je comprends. Il existe certainement dans les poulaillers de ces éleveurs, quelques bêtes de très haut niveau qui auraient toutes leurs chances d'obtenir le titre tant convoité.

  Tout comme les privilégiées de Sylvie Tellier sont les tops de la cérémonie de fin décembre, combien de " canons " sont restées chez elles, parcequ'elles ne désirent pas se montrer en public et dévoiler ou mettre à nue leur personnalité.

  A l'opposé, on voit dans les concours de beauté (volaille ou féminine) certains " concurents " qui ne devraient pas être présents. l'éleveur sérieux doit faire sa propre sélection dans son poulailler et ne présenter, qu'avec de réelles chances de succès, des animaux au summum de leur forme, développement, condition et toilettage parfait.

  Il ne viendrait à l'esprit d'aucune dame de 30 ou 40 ans (même bien "conservée")  de postuler à miss France. Et pourtant il arrive de voir dans les expositions avicoles des sujets de 3  ou plus.

  Les miss gallines ou féminines doivent être propres, lavées, astiquées, pomponnées, sans qu'aparaissent de défauts anatomiques.

  Les volailles avec pattes sales, galeuses, plumes sur les tarses, doigts tordus, jambes en X, crêtes défectueuses, becs crochus, plumes manquantes (ailes ou queue ), devraient dans le meilleur des cas rester au poulailler.

  Quelles soient volailles ou filles, chaque éleveur rêve de pouvoir caresser les plus belles, dans l'intimité d'un poulailler ...ou ailleurs !...

                                                                           

                                                                                                                                                                               Alain Pradine

 

×